LE SECHAGE ET LE TRI

07/03/2018 - Publié dans Evénements

Là aussi l’attention va être permanente. Bâcher à la moindre goutte de pluie, brasser deux à trois fois par jour pour s’assurer que les fèves ne vont pas rester coller entre elles compromettant ainsi un séchage parfait. La chair va prendre sa couleur définitivement brune, la peau va se durcir pour former une fine coque.

L’acre parfum de la fermentation a disparu, naissent les premières effluves de cacao

Et enfin, le tri avant la mise en sac. Méticuleux, patient, intransigeant, les mains habiles écartent les fèves encore humides, les brisures et autres impuretés à l’aide d’un tamis en bambou.

Les sacs en toile de jute sont doublés par une enveloppe plus étanche pour éviter toute contamination et reprise d’humidité pendant le transport jusqu’en France.